• La reconstruction mammaire

     

     

    Les consultations - création du projet :

    La reconstruction du sein dans le cadre du traitement du cancer du sein est un processus très personnel, en effet seuls 30-40% des femmes concernées par cette maladie feront la démarche de la reconstruction.

    Cette reconstruction s’envisage soit dans le cadre secondaire (après ablation partielle ou totale du sein, à distance du traitement), soit en immédiat selon le procédé de RMI (ablation-reconstruction en un temps opératoire).

    La reconstruction du sein comprend quatre aspects : la restauration d’une forme au sein, la restauration d’un volume satisfaisant, la reconstruction de l’aréole et du mamelon (PAM) et éventuellement la symétrisation du sein non traité.

    Après un examen clinique soigneux et souvent deux consultations minimum, la meilleure solution technique sera proposée, en fonction de l’aspect désiré du sein et des constations physiques loco régionales.

    L’objectif est des restituer au maximum une symétrie et une volume harmonieux aux deux seins.

    Une mammographie pré-opératoire est souvent nécessaire.

    L’intervention est prise en charge par l’assurance maladie, les honoraires complémentaires tout ou partie couverts par la mutuelle.

     

    La chirurgie :

    Chaque cas est unique et chaque reconstruction est adaptée à la morphologie et aux antécédents.

    La patiente est hospitalisée la veille de l’intervention, deux à dix journées d’hospitalisation sont en général nécessaires. Dans de rare cas la chirurgie peut être réalisée en ambulatoire.

    Les différentes techniques pratiquées pour la restauration de la forme et du volume sont :

    • la prothèse mammaire
    • le lambeau musculo-cutané (grand dorsal, grand droit)
    • l’auto-greffe de tissu adipeux (=lipomodelage, lipofilling).

    La symétrisation du sein controlatéral fait appel aux techniques de réduction mammaire et de cure de ptose traditionnelles.

    La reconstruction de le PAM se fait soit par lambeau local et greffe de peau, soit par tatouage. Pour cette dernière solution, le Dr Roche travaille avec une dermographiste professionnelle pour une qualité optimale des résultats.

     

    Après l’intervention : les suites opératoires :

    Les suites sont spécifiques à chaque intervention. Afin d’éviter la survenue d’hématome ou de collection, un drain de redon est mis en place dans certain cas. Il est d’usage de le retirer avant la sortie.

    Le premier pansement est retiré au bout de 48h, remplacé par un pansement plus léger accompagné d’un soutien-gorge de contention sur mesure. Ce soutien-gorge devra être porté nuit et jour durant un à deux mois, selon les habitudes du chirurgien.

     

    Le résultat : La patience est de rigueur! 

    En effet le résultat ne peut être jugé définitivement avant un délai de un an. Durant cette période, l’œdème post-opératoire se résorbe, les cicatrices s’atténuent et le sein se remodèle et se positionne. Votre chirurgien vous reverra régulièrement en consultation de contrôle.

    Il est primordial d’avoir à l’esprit qu’un sein reconstruit n’est jamais à l’image du sein traité lors du cancer, c’est bien un nouveau sein qu’il faut apprendre à connaître et à apprivoiser.