• La chirurgie des cuisses : le lifting de cuisse.

     

     

    Les consultations - création du projet :

    La chirurgie des cuisses consiste à traiter un excès de peau et de graisse à la face interne, qui se rencontre fréquemment soit dans les suites d’une grossesse, soit dans le cadre d’un amaigrissement (notamment après chirurgie de l’obésité/bariatrique).

    Son traitement fait appel à deux types de techniques que sont la lipoaspiration et la dermolipectomie des cuisses.

    Si la première ne laisse que peu de cicatrice, elle ne concerne que les excès graisseux localisés. La seconde s’adresse à un excès mixte de peau et graisse, au prix d’une cicatrice plus ou moins importante.

    Ces deux techniques peuvent être associées.

    Au cours des deux consultations, le chirurgien déterminera le geste le plus adapté.

    Le bilan pré opératoire peut comprendre la réalisation d’examen sanguin et d’un examen échographique des membres inférieurs.

    Sous certaines conditions, cette intervention peut prétendre à une prise en charge par la sécurité sociale, sur demande d’entente préalable.

    L’hospitalisation a lieu la veille ou le matin de l’intervention, la sortie étant autorisée deux à quatre jours après l’intervention.

     

    La chirurgie :

    En cas d’excès de peau, la cicatrice est placée soit de façon horizontale pure (au niveau du pli) soit de façon combiné horizontale et verticale (à la face interne de cuisse).

    L’intervention se déroule sous anesthésie générale. Selon les cas, un système de drainage (drain) peut être mis en place pour la durée d’hospitalisation.

    La cicatrice est suturée au fils résorbable dans sa portion verticale et non résorbable dans sa position horizontale.

    En fin d’intervention, un pansement modelant compressif est confectionné. Il est associé à un vêtement compressif de type panty.

     

    Après l’intervention : les suites opératoires :

    Les suites sont le plus souvent modérément douloureuses, le recours à des antalgiques simples est cependant suffisant. Afin d’éviter la survenue d’hématome, deux drains de redon peuvent être mis en place lors de l’intervention. Il est d’usage de le retirer dans les 48 à 72 heures après l’intervention.

    Le premier pansement est retiré au bout de 48h et remplacé par un pansement léger toujours accompagné du panty sur mesure. Ce dernier devra être porté nuit et jour durant un mois et demi.

     

    Le résultat :

    Il ne s’apprécie qu’après un délai de 10 à 12 mois, temps nécessaire aux cicatrices de s’atténuer et au revêtement cutané de se redraper.

    Les imperfections de résultat sont en général accessible à un traitement chirurgical, le plus souvent sous anesthésie locale, au-delà d’un an post-opératoire.